AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

;Partagez | 
 

 " Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❈ MESSAGES :
15
❈ ARRIVÉE :
02/08/2016
❈ PSEUDO :
P'tite
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
Elle a 18 hivers, automnes, printemps et étés.
avatar
- marcheur du froid -

MessageSujet: " Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain. "   Mer 3 Aoû - 6:00

Laïlynn Aïmée Boréale
"Le plus grand plaisir dans la vie est de réaliser ce que les autres vous pensent incapable de réaliser. "
❈❈❈
who you are
nom complet ❈ Laïlynn Aïmée Boréale, surnommée Laïly par la plupart de son entourage dont seul son père la nommait par son deuxième prénom.
lieu de naissance  ❈ Née à Endore, plus précisément dans la cité Melda.
âge  ❈ Dix-huit années, hivers, automnes, printemps et étés depuis juillet 121.
contrée actuelle ❈ Comment savoir où se trouve exactement une voyageuse qui ne tient pas en place.
allégeance ❈  Son père est fils du Nord et du Sud et sa mère est à la fois de l'Est et de l'Ouest. De ce fait, elle fut élevée et éduquée à avoir l'esprit ouvert, un cœur bon et de la bienveillance. Son allégeance ne va donc en aucun royaume en particulier et surtout pas envers l'Ombre, étant en désaccord complet avec cette philosophie. Elle croit en chaque royaume qui représentent les quatre coins du plan cartésien et ce, malgré les tensions et la menace de l'Ombre. Elle s'obstine à croire en leurs potentiels, en leurs capacités et en leurs talents qui sont complément et essentiel aux autres.
fonction/métier ❈ Voyageuse dans l'âme, elle découvre et explore tous les recoins des contrées, leur mode de vie et ce qui l'entoure. Pour ce qui est de l'argent, de se nourrir et de logis, la jeune femme offre ses service en tant que serveuse, messagère ou encore femme de ménage.
pouvoir ❈ N'ayant aucun pouvoirs, elle n'a pas pour autant peur de ceux qui en possèdent.
groupe ❈ Voyageuse, vagabonde si vous préférez, il est difficile de savoir elle provient de quelle contrée et encore moins si elle réside quelque part. Souvent en déplacement constant, allant dans tel direction, changeant ses plans ou faisant demi-tour. Cependant, son premier voyage la pousse vers le Nord...
piece of mind  

Douce et délicate, la jeune femme affiche toujours son éternelle sourire. Ce sourire apaisant, réconfortant et avenant. Il est facile de l'aborder, malgré sa méfiance qui rend difficile de gagner sa confiance. Cependant, vous découvrirez rapidement que sa curiosité piqué à vif la pousse à découvrir et à explorer toujours plus loin. Peut-être que, finalement, ce sera elle, de sa propre initiative, qui viendra à vous.
D'ailleurs, sa curiosité amène à mentionné le fait qu'elle adore voyager, parcourir des paysages tous aussi différent les uns que les autres, apprendre le mode de vie des peuples et expérimenté les activités différents à chaque royaume la comble de joie de vivre débordante. Un danger quelconque, n’espérer pas l'en dissuader, car vous vous arrêterez à sa détermination inébranlable. Une tête de mule? Peut-être, mais vous apprendrez à ne pas douter de sa débrouillardise. Et puis, vous vous rendrez assez vite compte que lorsqu'elle est nerveuse, elle se mordille la lèvre inférieur.
Par contre... la jeune femme n'est pas d'une obéissance exemplaire. Autant cela vous servira parfois que cela pourrait vous mettre en colère. D'une compagnie rafraîchissante, Laïly est l'une de ses personnes qui vous met à l'épreuve et vous pousse à bout. Par conséquent guère sage lorsqu'elle s'y met, il lui énormément souvent de s'attirer les pires ennuis possibles et de se mettre dans des situations inexplicables et ce, autant pour elle que pour ceux qui l'entoure. Pourtant, elle fonce tête baisser pour ses ambitions, ses convictions et pour protéger les êtres qu'elle aime.
En bref, elle est attachante même si vous ne le voulez pas.

Laïlynn à une grandeur moyenne de 1 mètre 70 cm. Ainsi, ni trop grande ni trop petite, elle passe inaperçue plutôt facilement. Sa taille svelte, ses membres fermes et ses formes avantageuse font tourner les regards vers elle et elle ne sont pas toujours amicales. Certains jaloux et d'autres convoiteurs, elle ne voit pas cela de la même manière. Sa grâce, son équilibre et sa maniabilité de ses gestes est ce qui s’appelle l'art de la danse. Fière de ce trait provenant de sa mère, il reste qu'elle préfère l'ombre des ténèbres à ceux des projecteurs. Selon sa mère, derrière ses mouvements, il y avait bien plus que la gloire. Non, selon elle, il y avait également les plaisirs de la chairs dont son corps pouvait aisément en tirer le moindre potentiel.
Ce qui faisait rosir violemment ses joues qui composait son jolie petit visage ovale. Son éternelle sourire fait sa particularité et fait creusée de mignonnes fossettes presque imperceptible si l'on n'y faisait pas attention. Ses yeux bruns foncés démontraient sans retenus ses sentiments qui pouvait passé d'une étincelle joueuse à une lueur troublée. La joie, la peur, le rire, la tristesse. Peu importe, si elle ne veut se laisser percer à jour, elle doit éviter de croiser les regards, sinon c'est vain. Ses cheveux qui encadre son visage, varient d'un brun plus foncé lors des saisons glaciaires par le manque de soleil et du marron plus clair lorsque le chaud soleil d'été cause des canicules. Ondulants pour retomber en dessous de ses reins, ceux-ci sont fréquemment attachés en divers coiffures pour éviter de les mêler inutilement dans ses nombreuses cavalcades.
Justement, pour ces folles escapades, Laïly à la fâcheuse tendance de mettre des accoutrements qui n'ont pas été fabriqués pour être porté par une femme. Les pantalons étant plus accommodant pour s'élancé, courir et, donc, fuir, la jeune femme laisse de côté avec plaisir l'encombrement des jupes qui s'emmêlent autour des jambes. Les chemises et les vestes permettent une respirations plus libre, ne comprimant pas son ventre et sa poitrine contre ses poumons. Et puis, la ceinture qui ceigne sa taille donne un accès plus rapide à son poignard même s'il est caché sous la chemise et qui est, normalement, est dissimulé sous les jupes qu'il faut relevé pour atteindre une arme. Bon, n'aller pas croire qu'elle est un garçon manqué. Ce n'est que pour le fait que c'est plus pratique et elle s'en contente. Cela l'irrite quelque peu les regards désapprobateurs qu'elle croise sur les routes, mais elle sait que ce n'est pas quelque chose de bien vue. Surtout, ces vêtements moulant son corps, il fallait faire attention aux regards indiscrets. Soit, dès qu'elle n'a plus besoin des accoutrements d'homme, elle troque le tout pour ses vêtements auquel elle est habituée et qui, elle le niait pas, la mettait davantage en valeur dans ses attributs féminins.
-----❈-----

" Ne perd jamais espoir, lorsque le soleil se couche, les étoiles apparaissent. "

PSEUDO/PRÉNOM ❈ On me surnomme P'tite sur le web.
PAYS ❈ Provenant tout droit du Canada pour vous embêtez.
TU AS DÉCOUVERT WANO SUR ❈ Je suis une bonne amie d'un ancien fow'.  
TAUX DE PRÉSENCE  ❈ Je me pointerais le bout de mon nez très souvent et, lorsque je m'absente, ce n'est guère pour longtemps.
TON AVIS SUR WANO ❈ WANO me semble des plus prometteur, il ne manque plus que moi !
QUI SUIS-JE ❈ Mon personnage est sortie de mon imagination débordante. Indi ( avatar )
C'EST LE MOMENT DE SE LACHER ❈ Je vous . Je vous . Je vous . Je vous . Je vous . Je vous .



Le  début...
" La vie  est vraiment simple, mais nous insistons à la rendre compliquée. " Confucius
La saison du désert, brûlante, ardente, chaude, caniculaire, de l'été... Juillet s’amorçait durement avec la lumière éblouissante et la chaleur étouffante du soleil qui frappait fort, haut dans le ciel, dressé à son zénith. Pourtant, le vent venu du Nord apportait une fraîcheur fugace qui traversait le blé des champs et les feuilles des arbres à la seime de la forêt. Les innombrables espèces d'oiseaux piaillaient gaiement, doux chant accompagnant les craquements et les bruissements des arbres, sans omettre la mélopée rugissante de l'eau de la rivière. D'ailleurs, quelques insectes s'y mettait également alors que les animaux se promenaient à l’affût d'une quelconque menace. Les cerfs s'aventuraient dans les champs pour manger, les lapins allaient s'acharnés sur les plantes vertes, les écureuils sautaient d'une branches à l'autres à la recherche de nourriture à cacher... C'était paisible, une journée qui faisait gonfler le cœur de bonheur soudainement, permettant ainsi d'oublier tout soucie et de profiter, simplement.

Un sifflement irrégulier s'insinua et se répercuta dans les environs. La clairière que renfermait la Forêt d'Ellesar devint silencieuse, dans l'attente. Le sifflement osa s'élever de nouveau, se voulant amical malgré qu'hésitant. Un oiseau plus téméraire que les autres  fit entendre son chant avant de se taire alors qu'il approchait. Sans attendre, le sifflement inconnu imita ses sons avec plaisirs alors que la créatures qui les émettait s'approche tranquillement et lentement. On lui répondit encore quelque peu, mais les animaux se désintéressèrent de se qui n'était visiblement pas une menace, vacant à leur occupation respective.
Un sourire vint s'afficher sur les lèvres d'un rose nacré. Les yeux noisettes brillaient d'une lueur de satisfaction alors qu'une main se tendait gracieusement vers l'oiseau téméraire qui lui avait répondu. Quelques grains déposés au creux de la paume suffirent pour que les ailes se déploient pour donner la poussée nécessaire pour que les serres viennent s'insérer autour d'un petit doigt replié. Le corps ne broncha pas sur la petite brûlure que les griffes causa lorsque se planta dans la fine peau, laissant l'oiseau picoré à cœur joie. Le corps à la peau légèrement grillée par le soleil ne bougeait pas, de peur d'effrayer l'animal à plumes. Assise à même le sol, la silhouette féminine qui était éclairée par un rayon de soleil puissant qui traversait le feuillage dans la clairière tout de même bien dégagée siffla doucement de nouveau à l'adresse de son petit compagnon perché sur un de ses doigts. Pour quiconque passant par là, ce n'était pas qu'une jeune femme qu'il apercevait, mais bien une dryade ou même une naïade. Elle était une vision fascinante et radieuse. Elle était autant le fantasme des uns que l'espoir des autres. Elle était effectivement une belle créature d'une beauté, non pas fatale, mais ensorcelante.

❈❈❈

Un rêve, certes, mais que l'on pourrait qualifier de mauvais. Une illusion, un leurre, une fiction, voire de l'imagination emplit d'horreur. C'était trompeur et laissait trop de doute. Un songe dans un cauchemars... Un cauchemars dans un songe... Peu importait, les images défilants encore devant ses yeux ne pouvaient posséder une réalité dans l'espace et dans le temps, ne pouvait pas être tangible. Pourtant, les frissons qui lui donnait froid dans le dos malgré sa peau moite et son ventre noué par l'angoisse et la peur rendait la scène désespérément authentique. Les souvenirs étaient si clairs, trop concrets dans son esprit.
Après les événements, son cerveau réfléchissait trop ou, au contraire, tournait au ralentit. Ses yeux avaient fixé le vide, indéchiffrable, comme son expression alors que son corps était resté figé. Puis, le choc avait passé et l'évidence l'avait ramenée durement. Les larmes aux goût de sel coulèrent sur ses joues et son nez rougi en ferait bientôt tout autant. Ses membres tremblaient faiblement, s'écroulant sur au sol pour enfouir son visage au creux de ses coudes. Tandis que l'air entrait difficilement entre ses lèvres dont les dents cachées s'entrechoquaient par intermittence.

La nuit reprenait ses droits et rependaient ses ombres qui s’épaississaient et prenaient dangereusement du terrain. L'obscurité, le noir d'encre,  les ténèbres enveloppaient la maisonnée dont aucun bruits ne venaient perturbés le silence troublant et de plus en plus lourd.
Laïlynn leva la tête, ses cheveux marron clair glissant de ses épaules pour camoufler sa poitrine remontée par le corset beige. Les détails lui revenant en mémoire, elle sentit son cœur être labouré douloureusement. Ses iris noisette s'agrandir de terreur et elle les referma pour reprendre contenance. Elle ne pouvait pas se laisser par la peur, elle devait lutter et être courage. Et ceci, elle le prit dans se qui la rendait heureuse, ce qui faisait son bonheur. La voix grave de son père murmurant son deuxième prénom. Il était bien le seul à le faire, d'ailleurs. Aïmée... Il avait tenu à ce qu'elle porte de prénom, car il disait que cela lui rappelait le verbe « aimer ». Il lui avait apprit à parler, à lire et à écrire dans différentes langues qui entouraient les contrées. Son odeur qui était un mélange de sueur, de tabac et de foin l'avait souvent bercée lors des nuits tardives à regarder les étoiles. Il lui contait les légendes qui y était rattachée et, voyant son intérêt, avait approfondit ses connaissances en allant jusqu'à lui montrer comment s'orienter avec les soleils lumineux. Et sa mère, sa tendre mère. La jeune femme sentait encore son corps tiède contre le sien lorsqu'elle la réconfortait ou quand elle échangeait un câlin emplit d'amour et de promesses. Sa présence maternelle qui venait la bordée étant plus jeune, prenait son mal en patience pour lui apprendre la cuisine, la couture et les petites choses du quotidien qui lui seraient utile. Ce n'était pas une tâche évidente pour la mère, car Laïlynn préférait grandement aller au grand air courir, grimper et trébucher dans la forêt, non loin, bien sûr. Ce qui lui faisait chaud au cœur, c'est la pensée du fait que sa mère l'avait toujours encourager à suivre sa passion. Elle lui avait dit de se fier aux picotement qu'elle ressentirait au bout de ses doigts, des papillonnements au creux de son ventre et dans la chaleur qui envahirait son corps dans une douce caresse. Cela avait donné l'impression à Laïly, comme la surnommait sa mère, que celle-ci avait déjà ressentit ces enivrantes émotions. Jusqu'à maintenant, seule la danse avait réussit à la mener dans un état dans lequel elle pouvait oublier, réfléchir et s'évader, mais elle comprenait que c'était différent, d'un tout autre genre. Bref, la fillette qu'elle était alors fut élevée autant en tant que futur épouse ayant un bon potentiel qu'en tant que jeune femme intrépide pouvant faire de grande chose. Par contre et surtout, dans le but qu'elle est une grande ouverture d'esprit dont ses parents avaient à de maintes reprises démontrés que les royaumes du Nord, du Sud, de l'Est et de l'Ouest n'avaient rien de supérieur et d'inférieur à un autre. D'ailleurs, son père était né métisse à la fois du Nord et du Sud et sa mère est fille de l'Est et de l'Ouest. La décision de vivre près de Canongrïn, dans la forêt d'Ellesar avait pour but qu'ils cessent de vieillir pour profiter encore plus de leur fille, de leur enfant dont le climat et les lieux étaient propices pour l'élever tranquillement.

Le vent glacé s’immisça entre ses jupes et la fit frémir. Elle se releva et épousseta ses jupes d'un beau jaune vif avec brusquerie. Le choc et la tristesse avaient laissé place à la colère. Elle ne se laisserait pas faire de la sorte si facilement et le fait qu'elle soit de sexe féminin n'allait en aucun cas l'arrêter sur ce qu'elle devait faire. Elle devait aller quérir des messages et des informations et elle le ferait.

Son regard noisette fit le tour de la maisonnette. Elle distinguaient la silhouette des meubles au faible clair de lune qui lui était accordée par les fenêtres recouvertes de peau de bêtes pour certaines. Elle s'approcha de la table à manger en bois où trônait une lanterne, ce qui l'aiderait. Elle s'assura qu'il y avait suffisamment de graisse pour nourrir la flamme qu'elle alluma par la suite. La nuit s’éclipsa dans les recoins et permit à la jeune femme ayant à peine ses dix-huit ans de farfouiller dans le garde-manger pour récupérer des provisions qui lui serviraient dans les débuts de sa longue route. Le sac à demi remplit, elle allait ensuite quérir la dague de sa mère que son père lui avait offert à sa naissance et alla fouiller dans le tiroir de son père, pourtant interdit d'accès, pour emprunter une carte des quatre contrées et d'Endore et trouva, dans le bazars de papiers et de parchemins, la boussole de son père dont les initiales affirmait l'identité du détenteur.
Le sac à dos à ses épaules, la dague attaché à sa jarretière au dessus de son genoux et la lanterne dans sa main bien haut pour éclairer le chemin, elle entamait son voyage inattendu. Ce n'était pas prudent de faire du chemin la nuit, mais elle savait que le sommeil ne viendrait pas de toute manière. Elle pouvait au moins avancer un peu. Quittant la maison de son enfance près de Canongrïn et bientôt la forêt d'Ellesar et les champs qui l'avaient entendus rire, chanter et vus courir et danser, la jeune femme prit une grand inspiration face à l'inconnue. Pourtant, n'était-ce pas une chance unique de parcourir le monde ? Les circonstances empêchaient toutes réjouissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
108
❈ ARRIVÉE :
19/06/2016
❈ PSEUDO :
Siana
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
Trente huit ans. L'âge de raison. L'âge de sagesse. L'âge approprié pour être un souverain. Du moins, c'est ce qu'ils disent tous.
Le froid, la glace, la brise. Et toi. Au milieu de cette tempête. Ma lumière, ma chaleur. Tu réchauffes ce coeur gelé et trop longtemps anesthésié. Tu es parvenu là où toutes ont échoué. Tu es devenu plus importante que moi, que ma santé, que ma vie. Tu es devenu ma vie. Le froid, la glace, la brise. Et toi. Seule parmi des milliers. Seule dans l'éternité. Mon éternité.
Il y a ton sourire qui s'élève, c'est comme une lueur d'espoir, il y a l'ombre est la lumière, au mileu de notre trajectoire. Il fallait choisir une route, alors on a choisi la pluie acide à s'en brûler le coeur, pourvue plâne les esprits.

avatar
- marcheur du froid -

MessageSujet: Re: " Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain. "   Mer 10 Aoû - 23:38

Bienvenue parmi nous
J'aime beaucoup ta manière d'écrire, par contre, je ne peux pas te valider tout de suite car il est important que tu gardes le contenu pré-existant dans la fiche au niveau de la première partie, la "fiche d'identité" du personnage. Elle permettra aux autres membres de trouver facilement et en un coup d'oeil les informations nécessaires sur son personnage
Autrement, c'est super, un personnage que j'ai hâte de voir évoluer en RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
108
❈ ARRIVÉE :
19/06/2016
❈ PSEUDO :
Siana
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
Trente huit ans. L'âge de raison. L'âge de sagesse. L'âge approprié pour être un souverain. Du moins, c'est ce qu'ils disent tous.
Le froid, la glace, la brise. Et toi. Au milieu de cette tempête. Ma lumière, ma chaleur. Tu réchauffes ce coeur gelé et trop longtemps anesthésié. Tu es parvenu là où toutes ont échoué. Tu es devenu plus importante que moi, que ma santé, que ma vie. Tu es devenu ma vie. Le froid, la glace, la brise. Et toi. Seule parmi des milliers. Seule dans l'éternité. Mon éternité.
Il y a ton sourire qui s'élève, c'est comme une lueur d'espoir, il y a l'ombre est la lumière, au mileu de notre trajectoire. Il fallait choisir une route, alors on a choisi la pluie acide à s'en brûler le coeur, pourvue plâne les esprits.

avatar
- marcheur du froid -

MessageSujet: Re: " Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain. "   Jeu 11 Aoû - 20:19

Bienvenue chez
MARCHEUR DU FROID.
Tout est bon ! Une fiche très poétique, tout comme le personnage ! J'aime beaucoup  
Bravo à toi, tu es enfin validé(e) ! A toi l'or, l'argent, le soleil et les nanas tarladidada.. Voici quelques petits liens qui te seront utiles pour la suite de ton aventure parmi nous. Tout d'abord il faut que tu penses à venir recenser ton avatar en effet, le staff ne le fera pas pour toi et ce serait dommage te le faire piquer    . Ensuite je te conseille de poster ta fiche de liens , histoire de pouvoir te faire quelques amis. Si l'envie te prend, tu peux aussi poster un scénario . Enfin, hésites pas à flooder par là . Si jamais tu as une question, tu peux contacter le staff ou venir poster par ici , on mord pas   . Bon RP parmi nous  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: " Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain. "   

Revenir en haut Aller en bas
 

" Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain. "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain (Narcisse)
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Xander & Bridget]
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain.
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Pv. Leslie]
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain ~ Agathe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-