AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

;Partagez | 
 

 Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❈ MESSAGES :
14
❈ ARRIVÉE :
02/08/2016
❈ PSEUDO :
kyu
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
25 ans
avatar
- esprit du vent -

MessageSujet: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   Mar 2 Aoû - 12:17

Drohnin Ninuë
Les puissants se moque bien des intérêts du peuple...
❈❈❈
who you are

nom complet ❈ Ninuë Drohnin lieu de naissance  ❈ L'Ouest âge  ❈ 25 ans contrée actuelle ❈ La forêt d'Arrandir à l'Ouest allégeance ❈ Seul les intérêt des petites gens l'intéresse, peu importe leur nationalité. Elle méprise les rois et la noblesse. fonction/métier ❈ Fille d'un maître d'arme, elle apprit à ses côtés le maniement des armes, aujourd'hui elle utilise ce savoir pour déposséder les quelques nantis passant par la forêt.   pouvoir ❈ Aucun, elle se méfie de la magie sans pour autant souhaiter la mort de ceux qui en possède.  groupe ❈ Esprit du Vent.
piece of mind  

Ninuë est une femme d'action, vive, courageuse et combative, elle ne manque pas d'aplomb. Fière, impérieuse, charismatique, elle se place en femme de décision refusant les compromis et allant toujours au bout de ses décisions. Susceptible, elle se met aisément en colère, néanmoins son absence de rancune lui évite de rester trop longtemps en colère. Profondément opposé à la féodalité, elle n'apprécie pas devoir plier le genoux devant quelqu'un uniquement pour une question de naissance et prône l'égalité voir même la supériorité du peuple sur les noblesse qui, finalement, n'accomplit rien à part comploter dans leur coin et se chamailler pour du pouvoir sans se soucier du peuple qui souffre pour leur guerre. Indépendante, elle aime accomplir les choses par elle même, sa fierté lui interdisant souvent de demander de l'aide ou alors seulement une fois qu'elle se sent dépasser par les événements.
-----❈-----

- don't worry be happy -

PSEUDO ❈ Kyu. PAYS ❈ France TU AS DÉCOUVERT WANO SUR ❈ PRD  TAUX DE PRÉSENCE  ❈ 05/07  TON AVIS SUR WANO ❈Vous avez fait un sacré travail, j'ai hâte de jouer avec vous. QUI SUIS-JE ❈ () je suis la création d'une adorable personne (X) je suis le fruit de mon imagination () je suis un prédéfini C'EST LE MOMENT DE SE LACHER ❈ Merci beaucoup pour votre accueil ! Je me répète mais j'ai vraiment hâte de jouer avec vous !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
14
❈ ARRIVÉE :
02/08/2016
❈ PSEUDO :
kyu
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
25 ans
avatar
- esprit du vent -

MessageSujet: Re: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   Mar 2 Aoû - 12:17

Proud Heart
freedom is not a choice, it's a necessity
C'était au cœur de la journée, le soleil avait atteint sont zénith et la chaleur de midi envahissait l'atmosphère. Une journée d'été brûlante et étouffante à souhait. Les feuilles des arbres s'agitaient paresseusement sous l'effet d'une brise qui n'avait rien de rafraîchissant. Même les oiseaux s'étaient tuent, trouvant refuge dans les recoins d'ombre qu'offrait le jardin. La petite demeure n'étaient certes pas digne de la noblesse, mais elle restait déjà plus vaste que celles des paysans. Non loin du château, elle bénéficiait d'un jardin agréable où l'on avait planté de nombreux arbres fruitier attirant les insectes lorsque l'été revenait. Assis sur le rebord d'une fenêtre, aiguisant nerveusement une arme, Valeryon Drohnin, attendait. Les hurlements de sa femme se rependait dans la rue et le quartier entier devait savoir que la femme du maître d'arme était entrain d'accoucher... encore. C'était la sixième grossesse d'Elhmara... mais aucune n'avait donné à Valeryon l'enfant qu'il désirait, trois étaient arrivé à termes mais mort-né, deux était mort en couche et le seul fils qu'il avait eu, en vie à ce jour, était né aveugle. Aucun héritier digne de ce nom, personne pour reprendre plus tard le rôle de maître d'arme... et Elhmara prenait en âge, encore et encore. Quelle idée d'avoir épouser une femme plus vieille que lui ? L'amour faisait parfois des choix étrange... Jeune il était persuadé que sa vie serait au côté de la fille du Maître d’écurie... Aujourd'hui il était sûr de ne plus l'aimer et regrettait souvent les élans de son jeune cœur d'autrefois. Néanmoins, peut être retrouvait-il pour elle un semblant d'intérêt si elle lui donnait un enfant en bonne santé en ce jour. Un garçon en pleine santé prêt à apprendre le métier. Il tentait de s'en convaincre observant son jeune fils de quatre ans avancer péniblement dans le jardin à l'aide d'une petite canne. Il n'avait jamais eut la moindre patience pour Urien, du jour où l'on avait découvert sa cécité à aujourd'hui, il s'était montrer dur et intransigeant avec cet enfant qui ne serait jamais qu'un poids sur sa famille, sur ses épaules. Quel tâche pouvait accomplir un aveugle de toute façon ? Il ne pourrait jamais lui enseigner un métier, qui donc le voudrait comme apprenti ? Il avait hésiter à l'abandonner sur le perron d'un hospice mais Elhmara s'y était opposé. Elle aimait cet enfant, trouvant charmant son tempérament doux et rêveur, l'incitait à apprendre des chants stupides, des histoires dans l'espoir vain d'en faire un barde. Les bardes parcours les routes, comment diable cet être chétifs feraient-il pour y parvenir ? Valeryon renifla avec mépris, s’apprêtant à aller attraper ce fils qui l'ennuyait pour le faire asseoir quelques parts où il ne risquait rien de lui arrivé, sa femme serait insupportable si son cher Urien se blessait... mais un dernier hurlement l'arrêta. Plus fort que les autres, un crie de délivrance. Enfin, l'enfant était né. Bientôt des pleurs se firent entendre. Le crie d'un nouveau né. Valeryon sauta de sa fenêtre et se précipita vers la chambre où une sage femme sortait. Son visage n'était cependant guère rayonnant, fermé, soucieux. Elle tenait dans ses bras un petit corps dont émanait des hurlements contrarier. « - C'est une fille Valeryon... En parfaite santé mais... »  Le maître d'arme s'arrêta, une fille ? Sa femme était-elle incapable de lui fournir un héritier mâle digne de ce nom ? « - Ainsi donc cette femme à décider que son ventre mènerait ma lignée à sa perte... Qu'importe, je lui ferait un fils, dussé-je y passer ma vie! » La sage femme baissa les yeux, serrant contre elle l'enfant qui hurlait. « - J'ai bien peur que cette enfant soit là le dernier que vous n'aurez jamais Valeryon, l'accouchement était éprouvant et je doute qu'Elhmara puisse à nouveau enfanter à l'avenir... Votre femme arrive au terme de sa jeunesse. » Interdit, le maître d'arme s'arrêta, son regard allait de la porte à la sage femme, revenant sans cesse de l'un à l'autre. Et l'enfant hurlait, hurlait encore et toujours de plus en plus fort. Finalement l'homme posa un regard sur sa progéniture qu'il prit des bras de la femme. « - Ah ! C'est ainsi ! Et bien tu apprendras à te battre petite femme, tu sera aussi forte qu'un homme et tu transmettras mon savoir ! Je vous montrerais à toi et à ta perfide mère que vous n'aurez pas raison de mon nom et de ma famille ! Tu seras la meilleure combattante qu'un Drohnin n'ai jamais formé! »

~

Elle observait les enfant jouer, suivant du coin de l’œil son frère. Ninuë n'avait jamais aimé voir Urien s'approcher des autres enfants du quartier, notamment lorsque les fils du forgerons étaient là. Elle vouait une haine farouche à ces jumeaux qui prenaient toujours un malin plaisir à tourmenter le jeune garçon, mais, du haut de ses six ans, elle pouvait difficilement rivaliser avec les forces de la nature qu'était le deux petite brute de huit. Son père lui avait ordonné de rester sagement assise dans la boutique pendant qu'il observait quelle épée d’entraînement pourrait lui convenir, Urien avait tenu à les accompagner et les suppliques d'Elhmara et de sa fille avait eut raison de la haine farouche que vouait Valeryon à son fils aînés. Néanmoins il avait exigé qu'Urien reste hors de la forge, le petit garçon marchait lentement de long en large pour tenter de se réchauffer. L'hiver était rude cette années là, une neige épaisse était tombé dans l'ouest et la chaleur de la forge était bien agréable. Pourtant Ninuë restait obstinément dans le courant d'air de la porte, surveillant son frère et les garçons qui jouaient. Elle sut parfaitement à quel moment les fils du forgerons décidèrent d'aller tourmenter le jeune aveugle, elle vit leurs regards se poser sur lui et leurs sourires en coin. Elle serra les poings, se promettant d'intervenir si ils faisaient le moindre mouvements vers Urien. Cela ne tarda guère, attrapant de la neige, le plus massif des jumeaux en fit une boule compacte qu'il lança droit sur Urien. Le petit garçon tituba légèrement et tomba sous l'effet de surprise. Valeryon avait également vu la scène mais il ne fut pas assez rapide pour anticiper les mouvements de sa fille qui, comme une furie, sortie de la forge pour se ruer sur les garçons. Rapide, hargneuse, ses pieds battaient la neige avec rapidité, elle bondit sur celui qui venait d'attaquer son frère, le bousculant de toute ses forces. Le garçonnet pouvait être aussi massif qu'il le voulait, il ne résista guère à l'impact de la petite fille qui le précipita à même le sol. Emporter par sa rage, profitant de l'effet de surprise, Ninuë le roua de coup, frappant encore et encore de ses poings fermé le visage porcin du fils du forgerons. « - Ne touche plus jamais mon frère ! » Elle hurlait sa rage, sa colère, la frustration de voir Urien se faire malmener encore et encore par tout ceux qui croisait son chemin. L'assemblée des petites brutes observaient la scène avec un mélange d'horreur et d'incompréhension et Ninuë ne s'arrêtait pas, aveuglée par la rage, la colère, la haine, elle frappait encore et encore, de toutes forces, de tout son être. Le monde était subitement devenu simple et limpide, elle devait faire souffrir ce garçon, lui infligé une telle douleur qu'il ne prendrait plus jamais le risque de tourmenter Urien, lui inspirer la crainte. Alors elle continuait de marteler le visage de l'enfant, ne s'arrêtant que quand les bras fermes de son père l'attrapèrent pour les séparer, reprenant conscience sous l'effet de la gifle cuisante qu'il lui infligeait. L'enfant était au sol et hurlait, se tenant le visage ensanglanté. Le trajet du retour se fit en silence, Ninuë savait que son père réservait sa colère pour plus tard... Elle savait aussi qu'Urien serait jugé responsable de la situation. Doucement elle attrapa la main de son aîné et la serra. Jamais elle ne l'abandonnerait. Lorsqu'ils passèrent les porte de leur maison, Valeryon explosa. « - Mais qu'avais-tu en tête Ninuë ?! Ce pauvre Sevran était en sang ! Il va probablement perdre son œil dans cet histoire ! Et tout ça pourquoi ? Pour lui ?! Un infirme qui est un poids sur notre famille ? Qu'imaginais-tu ? Il va falloir que j'aille voir un autre forgerons maintenant, Jaeson ne voudra plus jamais faire affaire avec moi si un de ces fils est borgne par ta faute! » Visage fermé, elle regardait le sol. Elle ne regrettait rien, si Sevran perdait un œil dans l'histoire, peut être comprendrait-il enfin le calvaire qu'était la vie d'Urien et si ça ne suffisait pas elle pourrait toujours menacer de lui crever l'autre !

~

L'épée frappa rageusement le mannequin, laissant une profonde marque dans ce dernier. L'été était de retour mais il n'apportait pas avec lui son lot de joie habituelle. Le nombre de familles nobles à avoir sollicité Valeryon comme maître d'arme avait permit aux Drohnin d'accroître considérablement leur richesse et leur bien, s'élevant au rang des notables de leur citée mais le rude hiver avait eut raison de la santé fragile et déclinante d'Elhmara. Elle était partie avec un sourire au lèvre, douce et tendre comme elle l'avait toujours été pour ses enfants, laissant dans leur cœur un vide immense que les souvenir de sa tendresse rendait encore plus vif. Néanmoins il n'avait guère fallut de temps pour leur père décide de se remarier. La mort de sa femme réveillait son désir d'un héritier digne de ce nom et sa nouvelle richesse lui permettait d'espérer une union plus avantageuse que la précédente auprès d'une femme plus jeune. Son choix se porta sur la fille aînée d'un marchand, une créature jeune, coquette et délicate, mais surtout jeune... terriblement jeune, puisque, du haut de ses dix-sept années, elle était aussi jeune que Ninuë. La fille du maître de guerre l'avait haït dés qu'elle l'avait vu, fille unique, elle apportait une dot conséquente et, surtout, les affaires de son père reviendrait à Valeryon à sa mort si il n'avait aucun fils pour le remplacer. L'animosité entre les deux jeunes femmes étaient réciproque, la belliqueuse fille du maître de guerre n'ayant rien en commun avec la fleure délicate qu'était Saïhma... malheureusement le statut de nouvelle maîtresse de maison l'emporta sur celui de fille aînée et chacun des désirs de la nouvelle femme était prit comme des ordres pour le maître d'arme déjà conquit par la beauté de sa jeune épouse. Elle était si différente d'Elhmara, blonde, délicate, des yeux d'un bleu presque translucide et une peau pâle qui n'avait jamais connu la morsure du soleil ni les affres du travail manuel. C'était une femme intelligente, talentueuse et savante, douée pour le marché. Comme Ninuë elle avait apprit le métier de son père, mais cela n'était pas suffisant pour les rapprocher et bientôt la maison était devenu le théâtre d'une guerre froide et silencieuse entre les deux femmes. Singeant son époux, Saïhma n'avait pas tarder à prendre en grippe Urien, le rabaissant dés qu'elle en avait l'occasion, si bien que le jeune homme passait le plus claire de son temps assis dans la salle d'arme à écouter sa sœur s'entraîner. La demeure avait été agrandit, rétrécissant le jardin, deux serviteurs avaient été engagé et accomplissaient désormais une grande partie des tâches domestiques. Cette vie de nantis n'empêchait pourtant pas Ninuë de regretter sa vie d'avant et surtout sa mère... Aujourd'hui était néanmoins encore pire que d'habitude. Au matin l'annonce avait été faite que Saïhma attendait un enfant, mettant le maître d'arme en joie et encore plus enclin à satisfaire sa jeune épouse. Si Ninuë réussissait jusque là à conservé la présence de son frère à leur demeure, elle ne doutait pas que la naissance d'un fils permettrait à Saïhma d'exiger son départ, la mettant définitivement en position de force... Pire que tout, si son père obtenait enfin un héritier, il n'aurait guère d'utilité à poursuivre la formation de sa fille... Une fois de plus l'épée frappa rageusement le mannequin. Semblant deviner les sombres pensées de sa sœur, la voix d'Urien s'éleva : « - Tu es une fine lame Nin, père ne pourrait te remplacer par un autre... et il ne prendra pas la risque de te voir partir tant qu'il n'est pas sûr que cet enfant sera aussi doué que toi... Et ne t'inquiète pas pour moi, je réussirais à me débrouiller quelque soit les projets qui sont nourris à mon égard. » Sage, calme, apaisant, Urien avait toujours été la voix de la sagesse et même si Ninuë l'avait toujours protéger il n'en demeurait pas moins un aîné attentif et un guide pour la jeune femme.

~

La jeune femme se laissa tombé sur un siège, la taverne était pleine de vie, joyeuse et festive. C'était jour de paye et les gardes dépensaient leur solde en boisson forte et catin. Trois ans c'était écoulé et le fils de Saïhma se portait bien, trop bien au goût de Ninuë qui ne supportait pas plus la nouvelle femme de son père que ce nouveau frère. Elle porta à ses lèvres la pinte de bière, gardant à l’œil son frère qui, au centre de la taverne, contait une histoires aux clients. Depuis que Valeryon avait un fils, Urien tentait de gagner quelques pièces, moins son père le voyait comme un poids, plus longtemps il pourrait rester auprès de sa sœur. Cette dernière avait prit pour habitude de l'accompagner en ville, veillant sur lui comme elle l'avait toujours fait, souvent un jeune soldat qui avait gagner leur amitié les accompagnait, Hawke. Joyeux, moqueur et bon luthier, il était devenu un compagnon agréable pour les deux enfants du maître d'arme. Au côté de la jeune femme, il plaisantait allégrement avec les serveuses, un sourire charmeur aux lèvres. Les portes de la taverne s'ouvrirent en grand et un groupe d'homme y entra. Silhouette massive, un bandeaux sur l’œil et une moue belliqueuse, Sevran n'avait pas changer. Il était devenu, avec le temps, un jeune homme violent, vivificateur et agressif, être éborgné par une fillette ne l'avait rendu que plus prompt à la bagarre et il vouait aux enfants du maître d'arme une haine farouche, particulièrement à la fille. La ville était assez grande et leur rencontre rare, mais elle se soldait souvent par des affrontements mémorables, le caractère combatifs de Ninuë n'aidant pas vraiment à la tempérance. La jeune femme comprit immédiatement que cette soirée ne ferait pas exception à la règle. Sevran était déjà ivre et l'envie de se battre brillait dans son regard, bientôt rejoins par la colère quand il comprit qu'Urien était présent. Il s'approcha de la petite scène improvisé, de sa démarche de loup affamé. Ninuë le suivit, se faufilant dans la foule tel une lionne en chasse. L'épée à sa hanche comme ultime recours, elle guettait les gestes du fils du forgeron. Derrière elle Hawke suivait la situation, présence rassurante et silencieuse. Elle vit précisément l'instant où Sevran s'apprêtait à semer la zizanie, le sourire mauvais qui venait de se former, la main qui s'abaissait sur un projectile. Prompte elle posa sa main sur le bras de la brute. « - N'y pense même pas ou je t'arrache ton dernier œil valide. » voix sifflante, haineuse, elle était de retour à ce jour d'hiver. Cette fois-ci pourtant, le jeune homme n'était pas prêt de se laisser faire. Le poing vola droit dans son visage, la douleur cuisante lui arracha un petit crie de douleurs et la fit reculer de quelques pas. Le signal venait d'être lancer et une mêlé commença dans la taverne. Ce n'était pas la première fois que Sevran et Ninuë se battait, c'était fréquent, extrêmement fréquent. Trop peut être, mais ce soir là la lutte fut plus intense qu'accoutumé et quand la jeune femme le vie attraper un couteau elle dégaina son épée. Le coup partie, rapide, précis, l'épée transperça le torse du jeune homme qui s'effondra. Dans la mêlée générale personne n'y prêta guère d'attention sur le moment, seul Hawke vit le fils du forgerons et l'expression horrifié de son amie. Vif, il attrapa la main de la demoiselle et se dirigea vers Urien, les entraînant hors de la taverne. Ce n'est que dans le noir d'une ruelle que leur course folle cessa. « - Que c'est-il passé ? Hawke ? Nin ? Pourquoi vous ne dites rien? » Hawke observait la fille du maître d'arme, celle-ci finit par prendre la parole, la voix tremblante. « - Je l'ai tué Urien... j'ai tué Sevran... Oh bon sang... Qu'est-ce que je vais faire? » Maladroitement son frère s'avança jusqu'à pouvoir la serrer contre lui. « - Tu vas quitter la ville, ce soir... Je viendrais avec toi, ne t'en fais pas. » Elle releva la tête, croisant le regard de Hawke qui acquiesça. Lui aussi les accompagnerait.

~

« - J'ai bien peur que vous n'ayez pas le choix Ser... votre or ou votre vie. » Elle le tenait à la pointe de son épée, une voix ferme. Hawke avait encoché une flèche et bandait son arc vers le seigneur. Autours les quelques brigands venu avec le duo fouillait les poches des gardes décédés. Le nobliau finit par se défaire de ses objets de valeurs à contre cœur, grommelant qu'une fois à la capital il irait en personne se plaindre au roi de l'ouest. Sa remarque fut accueillit par un ricanement amusé. « - Encore faudrait-il que le roi nous trouve dans cette forêt... Allez, sauve-toi avant que nous décidions de ta mort. » Le petit seigneur ne se le fit pas dire deux fois et il partit en courant sous les rires moqueur des brigands. Enrichit la troupe de voleur s'en retourna au cœur de la forêt, là où leur petites troupe s'étaient établie. En cinq ans les choses avaient bien changée pour Ninuë, Hawke et son frère. Ils avaient fini par réunir autours d'eux d'autre fugitif, paria, rêvant de renverser les codes de la noblesse. Il n'était guère plus d'une quinzaine mais réussissait plutôt bien dans leur métier de dépouilleur. Fidèles à leurs idéaux, une partie des richesses volées étaient emmené dans les villages les plus pauvres et reversé aux paysans. Le reste leur permettait de se fournir en vivre et en arme. Ils s'étaient installé en haut des arbres, construisant un réseaux de cabanes qui, lorsque les feuilles revenaient, les dissimulaient aux regards indiscrets. Ninuë s'était hissé à la tête de ce groupe qu'elle menait avec force et conviction. « - Nous nous en sortons pas trop mal aujourd'hui. » Léger, joyaux, Hawke se faisait plutôt bien à la situation, fidèle bras droit, il soutenait Ninuë dans ses décisions et veillait à ce que leurs hommes se portent bien. L'ancien soldat ne se plaignait guère de la situation et ses talents d'archer lui valait le respect de leur joyeuse troupe. Sa personnalité facile et joyeuse offrant une agréable nuance à celui plus vif et autoritaire de la jeune femme. « - Urien doit nous attendre, il sera sûrement ravi de t'entendre transformer cette simple escarmouche en une bataille épique... » C'était l'un des défaut majeur de Hawke, il était incapable de raconter une histoire sans l'embellir un peu et Urien l'encourageait volontiers dans cette voie, nourrissant son imaginaire des histoires de l'archer avant d'en faire lui même des contes ou des chansons... Au moins leur mère avait réussit à faire de lui un barde, c'était le rôle qu'il occupait au sein de leur petite troupe en tout cas et il se l'appropriait volontiers. La guerre, les ombres, les accords... tout cela paraissait si lointain au cœur de la forêt et seul le jour présent avait une quelconque importance à leurs yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
73
❈ ARRIVÉE :
05/07/2016
❈ PSEUDO :
Mythical Bird.
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
dix-neuf grain de sable se sont dissipés.
Le cerveau est l’organe le plus mystérieux. Il enregistre... il évolue... il s’adapte... il nous dit ce qu’on voit. Ce qu’on entend. Il nous fait ressentir l’amour. C’est le berceau de notre âme. Mais peut importe la recherche, personne ne peut dire comment fonctionne cette matière grise fragile. Et quand il est blessé, quand le cerveau est traumatisé. Eh bien... il devient encore plus mystérieux...
L La douleur peut se manifester sous différentes formes. Ça peut être un petit pincement, une légère irritation, une douleur lancinante, une douleur que l’on supporte tous les jours. Et il y a le genre de douleur que l’on ne peut pas ignorer. Une douleur si grande, qu’elle bloque tout le reste. Et fait disparaître le reste du monde ! Jusqu’à ce que la seule chose à laquelle on pense, c’est à quel point on souffre ! La façon dont on gère notre douleur dépend de nous. La douleur... On l’anesthésie, on la surmonte, on l’étreint, on l’ignore... Et pour certains d’entre nous, la meilleure façon de gérer la douleur, c’est de foncer tête baissée. La douleur... Vous devez arriver à la surmonter. Espérer qu’elle disparaisse d’elle-même, espérer que la blessure qui la cause se referme. Il n’y a pas de solutions, pas de remèdes miracle. Vous devez respirer à fond et attendre qu’elle s’estompe.
La plupart du temps, on peut gérer la douleur. Mais parfois, la douleur s’abat sur vous quand vous vous y attendez le moins. Elle vous attaque en traître et ne vous lâche pas ! La douleur... Vous devez juste continuer à vous battre parce que de toute façon vous ne pouvez pas l’éviter. Et la vie en fournit toujours plus !
Oublie un peu tout ces idiots, ils verront jamais que ce qu’ils veulent voir, même si tu voulais tout changer en toi, tout ce que tu es, ça ne leur suffirait pas, ils se foutent que tu changes.

avatar

MessageSujet: Re: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   Mar 2 Aoû - 13:11

Bienvenue demoiselle
J'ai hâte de découvrir ton personnage l'avatar est très sympa en tout cas .
Hésite pas si tu as des questions ma belle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
108
❈ ARRIVÉE :
19/06/2016
❈ PSEUDO :
Siana
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
Trente huit ans. L'âge de raison. L'âge de sagesse. L'âge approprié pour être un souverain. Du moins, c'est ce qu'ils disent tous.
Le froid, la glace, la brise. Et toi. Au milieu de cette tempête. Ma lumière, ma chaleur. Tu réchauffes ce coeur gelé et trop longtemps anesthésié. Tu es parvenu là où toutes ont échoué. Tu es devenu plus importante que moi, que ma santé, que ma vie. Tu es devenu ma vie. Le froid, la glace, la brise. Et toi. Seule parmi des milliers. Seule dans l'éternité. Mon éternité.
Il y a ton sourire qui s'élève, c'est comme une lueur d'espoir, il y a l'ombre est la lumière, au mileu de notre trajectoire. Il fallait choisir une route, alors on a choisi la pluie acide à s'en brûler le coeur, pourvue plâne les esprits.

avatar
- marcheur du froid -

MessageSujet: Re: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   Mer 3 Aoû - 9:13

Bienvenue parmi nous
J'aime beaucoup le début de ta fiche
Hâte d'en savoir plus ! Si tu as des questions n'hésites pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
108
❈ ARRIVÉE :
19/06/2016
❈ PSEUDO :
Siana
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
Trente huit ans. L'âge de raison. L'âge de sagesse. L'âge approprié pour être un souverain. Du moins, c'est ce qu'ils disent tous.
Le froid, la glace, la brise. Et toi. Au milieu de cette tempête. Ma lumière, ma chaleur. Tu réchauffes ce coeur gelé et trop longtemps anesthésié. Tu es parvenu là où toutes ont échoué. Tu es devenu plus importante que moi, que ma santé, que ma vie. Tu es devenu ma vie. Le froid, la glace, la brise. Et toi. Seule parmi des milliers. Seule dans l'éternité. Mon éternité.
Il y a ton sourire qui s'élève, c'est comme une lueur d'espoir, il y a l'ombre est la lumière, au mileu de notre trajectoire. Il fallait choisir une route, alors on a choisi la pluie acide à s'en brûler le coeur, pourvue plâne les esprits.

avatar
- marcheur du froid -

MessageSujet: Re: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   Dim 7 Aoû - 9:19

Bienvenue chez
ESPRIT DU VENT
Notre première membre validée et avec quelle fiche ! Je suis littéralement sous le charme de ce personnage : l'histoire est bien travaillée, prenante, quant à ta plume, n'en parlons pas, tu écris vraiment très bien ! Bienvenue parmi nous  
Bravo à toi, tu es enfin validé(e) ! A toi l'or, l'argent, le soleil et les nanas tarladidada.. Voici quelques petits liens qui te seront utiles pour la suite de ton aventure parmi nous. Tout d'abord il faut que tu penses à venir recenser ton avatar en effet, le staff ne le fera pas pour toi et ce serait dommage te le faire piquer    . Ensuite je te conseille de poster ta fiche de liens , histoire de pouvoir te faire quelques amis. Si l'envie te prend, tu peux aussi poster un scénario . Enfin, hésites pas à flooder par là . Si jamais tu as une question, tu peux contacter le staff ou venir poster par ici , on mord pas   . Bon RP parmi nous  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❈ MESSAGES :
14
❈ ARRIVÉE :
02/08/2016
❈ PSEUDO :
kyu
❈ CARTE D'IDENTITÉ :

❈ AGE :
25 ans
avatar
- esprit du vent -

MessageSujet: Re: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   Lun 8 Aoû - 10:28

Ooooh merci ! Je suis contente que ma fiche ai plu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë   

Revenir en haut Aller en bas
 

Powerfull man despise weakness, at least I care | Ninuë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 03. We don't care about our bad intentions
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.
» Les ONG, instruments des gouvernements et des transnationales ?
» More than half the long-term care health workers are Haitian or West Indian
» POWERFUL : Forum de discussion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-